Rechercher

Journal de bord spirituel #1 Je me compare


Cette semaine, j’ai eu une grosse remise en question sur ma manière de travailler sur Internet. Si vous n’avez pas suivi mon actualité, je suis dorénavant blogueuse dans les domaines du développement personnel, de la spiritualité et de l’ésotérisme. Cela signifie que je gagne ma vie grâce au contenu que je propose sur le Web. Bon, okay, pour le moment je n’en vis pas, c’est juste un objectif que j’aimerais atteindre dans un futur proche.

Je me mets encore des freins sur ma légitimité et je n’ose pas encore m’imposer dans mon milieu. (Je dois dire aussi que c’est surtout à cause d’un gros manque de travail). Parfois je regarde les publications d’autres personnes et je jalouse leur succès, je me dis que j’ai plus encore à dire, à approfondir, à apporter.

Je me compare.


Je ne pense pas à tous les efforts qu’ils ont du faire pour en arriver là. Ils doivent travailler beaucoup plus que moi et finalement leur succès est totalement mérité. Au lieu de me plaindre et de les blâmer, je ferai mieux de regarder ce qui fonctionne pour eux et de m’en inspirer. Je ne parle pas de plagier leur travail mais plus de copier leur façon de travailler. Je m’efforce de plus en plus à ne plus voir de la concurrence mais une inspiration chez les autres. Il y a toute fois encore quelques résistances et difficultés à faire ce pas complètement et bien que je ne n’avais pas ressenti ce sentiment depuis longtemps, il a refait surface cette semaine.

Pendant que je me compare et que je rumine à propos des autres, eux travaillent… Si j’avais utilisé mon énergie à m’en inspirer plutôt qu’à les jalouser, je pense que je serais arrivée beaucoup plus loin aujourd’hui. Je ne veux plus perdre mon temps à haïr, je préfère occuper mon temps à construire.

À une époque, sur les réseaux sociaux, je m’étais désabonnée de tous les comptes qui éveillaient ce sentiment de comparaison en moi, mais ça n’était pas la bonne chose à faire. Cela n’a jamais supprimé le problème parce que je continuais à voir défiler sur mes pages leurs publications à travers les comptes de mes contacts. Je perdais alors un temps précieux que j’aurais pu investir dans mon travail. Je dois vraiment réussir à arrêter de trainer aussi longtemps sur les réseaux sociaux, véritable outil de comparaison et de procrastination par excellence.

J’y perds du temps, de l’énergie, et cela ne me rend pas toujours heureuse. Même si les réseaux sociaux sont un bel outil pour créer du lien, découvrir, partager, s’inspirer, évoluer, lorsqu’ils sont utilisé dans l’excès il deviennent toxiques. Tout est bon dans l’équilibre et pour ma part, l’équilibre n’y est pas.

Dans l ‘excès les réseaux peuvent nous faire du mal, nous déprimer. Nous pouvons penser que ce que nous voyons sur les réseaux est plus beau que notre propre réalité, que les autres sont plus beaux, plus heureux, plus intéressants. Il y a toute fois certaines notions à prendre en considération, les publications sont bien trop souvent édulcorées un peu à la manière d’une photo de magazine sur laquelle figure une ado de 14 ans photoshopée et à laquelle une trentenaire va se comparer. Cela n’a pas de sens de se comparer à des filles qui n’existent même pas. ça me rappelle un peu les réseaux sociaux. Il y a de plus en plus de partages qui ne reflètent pas vraiment la réalité et qui pourtant entrainent des sentiments douloureux chez ceux qui regardent.

Mon nouveau challenge sera de m’éloigner des réseaux sociaux. J’irais uniquement pour poster, répondre aux commentaires et regarder du contenu ciblé. J’aurais plus de temps pour travailler sur du nouveau contenu, pour me développer et pour prendre soin de moi et des miens.

Comme il est important de planifier nos bonnes résolutions pour pouvoir les réaliser, je dis qu’à compter d’aujourd’hui, j’irais sur les réseaux sociaux uniquement deux fois par jour, une heure le matin et une heure le soir et c’est tout ! Cela ne va pas être facile, j’ai le sentiment que les réseaux sont une addiction comme une autre, le besoin d’un shoot de like ou de commentaires positifs pour flatter mon ego. J’ai conscience que si je m’aimais suffisamment moi-même, je n’aurai pas besoin de chercher l’amour à l’extérieur.

C’est un travail que je vais faire grâce à mon livre « Be Yourself Challenge ».

Oui, mon premier livre est enfin sorti. C’est un programme sur 12 semaines alliant spiritualité et développement personnel. Chaque jour des exercices concrets sont proposés. Tout au long du livre, nous travaillerons sur le corps l’âme et l’esprit pour nous libérer et nous réaliser. Il est disponible dans toutes les librairies et sur Internet.


Dans un autre registre, ce week-end, j’ai participé à la seconde édition du Tarothon. C’est un évènement sur deux jours dans lequel des youtubers se relaient en live sur leur chaîne respective pour discuter d’un sujet spirituel.

Le thème de cette deuxième édition était « la spiritualité, ma pratique, ma vision, ma voie/x » J’ai regardé bon nombre de vidéos. Je n’étais pas d’accord avec tout ce qui a été dit mais là n’est pas l’important, il faut accepter que chacun aie sa propre vision de la vie et c’est intéressant de découvrir d’autres manières de voir le monde. Lors de cet événement, chacun écoutait l’autre sans le juger ou le contredire, personne n’essayait d’imposer son point de vue aux autres. J’ai trouvé beaucoup de bienveillance que se soit entre les intervenants mais aussi de la part des internautes dans les commentaires.

Cela me rappelle que derrière la malveillance se cache de la peur. Souvent, la peur de ne pas être aimé. Il n’existe pas de gens méchants, il n’existent que des gens en souffrance. La bienveillance commence par soi-même et si nous arrêtions de nous rabaisser sans cesse peut-être que nous n’aurions plus envie de rabaisser les autres pour se sentir plus grand. Il est question de ça aussi dans le fait de se comparer et de jalouser.

Notre propre bienveillance suffit à supprimer cette fausse croyance que nous nous créons parfois selon laquelle nous ne sommes pas à la hauteur. À partir du moment où nous ne cherchons plus de la reconnaissance chez les autres, nous sommes beaucoup plus sereins et nous pouvons exprimer pleinement qui nous sommes. Devenir soi-même nous rend alors beaucoup plus heureux.

Pendant longtemps je voulais proposer du contenu pour être appréciée, je me demandais ce que cherchaient les autres pour toucher un maximum de monde et voir augmenter mon nombre d’abonnés. Aujourd’hui, j’ai compris qu’il fallait d’abord que je créée ce qui me plait et exprimer qui je suis vraiment au lieu de vouloir exprimer ce que je pense que l’autre aimera chez moi ou au lieu de devenir la pale copie d'une autre personne à laquelle je me serais comparée. Se comparer ça n'est pas être soi-même et si je ressens le sentiment de ne pas être à la hauteur de quelqu'un c'est tout simplement parce que c'est impossible, cette personne n'est pas nous. Chercher à être à sa propre auteur, c'est plus juste. Et puis, le succès doit n’être que secondaire, il ne doit pas être le moteur de nos actions mais la conséquence.

Si le Tarothon vous intéresse, voici la vidéo que j’ai proposée pour l’occasion : " le langage de l'âme" Comment elle s'exprime, comment l'entendre et pourquoi l'écouter. vous trouverez dans la description de la vidéo tous les liens vers les chaînes des intervenants et de leur vidéo créée pour l’occasion.


En ce qui concerne ma pratique spirituelle, en ce moment j’ai l’impression que mon mental est vraiment omniprésent en méditation. Je n’ai que très peu d’instants pendant lesquels j’arrive à me concentrer sur ma respiration. Lorsque j’observe mes pensées, je me rends compte qu’elles tournent pratiquement toutes autour du travail. Il y a beaucoup d’idées reçues au sujet de la méditation et la croyance qu’il ne faut pas penser est fausse. Ici, mes pensées me permettent de me rendre compte de mes pistes de travail. Je me dis que je fais bien de vouloir changer mes méthodes au sujet de ma vie professionnelle.


Toujours au sujet de la méditation, cette semaine mon fils a été hospitalisé dans le cadre de son traitement contre le cancer. L’hôpital était tellement bondé que nous avons du partager notre chambre jour et nuit avec un autre enfant et ses parents. Je me disais que je ne pourrais pas méditer dans ces conditions. Ça n’était pas plus le fait qu’il y aie du bruit autour de moi qui me dérangeait. Voici une seconde idée reçue sur la méditation, le fait qu’il faut méditer sans un bruit autour de nous. C’est faux ! Nous pouvons méditer n’importe où. Regardez comme c’est facile de ne pas entendre quelqu’un de notre entourage qui nous parle lorsque nous sommes absorbés sur un écran, totalement concentrés sur cette seule chose. C’est exactement pareil en méditation, il suffit de se concentrer sur une seule chose. Certains utiliseront un mantra, d’autre leur respiration ou encore un point dans la pièce pour ceux qui gardent les yeux ouverts, etc.

Bref, tout cela pour dire que le bruit ne m’aurait pas dérangé pour méditer à l’hôpital. Ce qui me dérangeait le plus était que l’on me voit méditer. C’est stupide ! Je me suis dit que tant que ma pratique ne dérangeait pas les autres, je n’avais pas besoin d’être gênée. Aurais-je encore quelques résistances à assumer qui je suis ? J’ai donc médité tous les jours à l’hôpital entre les aller et venues de mes voisins, des infirmières et le bruit de bips en tout genre.

Je me souviens il y a quelques années, quelqu’un avait partagé deux photos sur Facebook. La première photo représentait un paysage paisible, des montagnes entourant un lac. La deuxième représentait une grande ville et son agitation. En haut d’un building, on pouvait voir un oiseau dans son nid.

La personne qui a partagé les deux photos demanda alors à sa communauté quelle image représentait la paix pour eux. J’ai répondu comme tant d’autres que c’était la photo de la montagne. La bonne réponse était en fait la photo de la ville car le petit oiseau était paisible malgré l’agitation environnante.

J’aime cette image, le fait de se dire que ce n’est pas mon environnement qui conditionne le fait que je sois en paix ou non, mais plus la manière dont je me sens à l’intérieur de moi. Si je suis en paix avec moi même, je suis en paix avec le monde. Si je suis en guerre contre moi–même je suis en guerre contre les autres.

D’ailleurs mon tirage de cartes des énergies de la semaine parlait de voyage intérieur et de l’importance de se reconnecter à son être profond pour améliorer sa vie. La vidéo est disponible ici si cela vous intéresse :


J’ai envie de partager mes états d’âme et expériences spirituelles et humaines avec vous, c’est pourquoi, vous pourrez dorénavant retrouver un article sur le blog chaque semaine dans lequel je ferai le bilan de ma semaine écoulée comme je l’ai fait ici.

Bonne journée à tous,

Sandrine

#spiritualité #développementpersonnel #secomparer #commentêtreheureux #blog #blogueuse #ésotérisme #journaldebord #réseauxsociaux #challenge #beyourselfchallenge #addiction #saimer #sandrinehk #étatsdâme #journalintime #méditation #méditationdepleineconscience #tarothon #bienveillance #croyances #paixinterieure

0 vue