Recommencer à zéro


Chère Sandrine,

Désolée de te réveiller en pleine nuit mais il fallait que je te parle.

La nuit, tu es plus réceptive, tu m’entends mieux… Tu ne m’écoutes pas forcement, mais tu m’entends mieux.

En ce moment tu te poses beaucoup de questions sur ton avenir professionnel.

Tu te demandes ce que tu vas bien pouvoir faire. Tu penses même retourner en arrière, retrouver un job dans une entreprise. La quarantaine approche et tu flippes.

La solution je te l’ai déjà apporté il y a un peu plus d’un an.

Souviens toi lorsque tu as voulu changer ton statut professionnel qui ne te correspondait plus.

Au départ, tu ne savais pas quel nouveau statut choisir.

Tu savais qu'une seule chose, tu aimais partager autour de tes passions, de tes expériences que se soit par l’image ou à l’écrit, tu voulais vivre de tes activités sur Internet.

Le problème était dans la définition de ta fonction. Tu as cherché ce qui serait le plus adapté et lorsque tu as vu « blogueur professionnel » tu as ressenti comme un feu d’artifice intérieur, un sentiment de joie t'a envahit.

Tu as eu le déclic comme on a le déclic lorsque l’on choisit le prénom de son enfant.

Tu savais que ce statut correspondait parfaitement à ce que tu voulais faire juste sur un frémissement de joie. Tu le sais, ce frémissement est toujours le signe à suivre. C’est mon feu vert qui t’indique que le merveilleux est de l’autre côté.

À ce moment là, tu as fait le choix de recommencer à zéro.


Aujourd’hui tu trouves la tâche trop difficile, tu recules, tu veux retourner vers ce que tu connais, vers ta zone de confort, là où ta Vie se perd, là où tu n’es plus qu’une machine sans cœur, sans âme.

Si tu n’as plus d’âme, qu’est-ce-que je deviens ? Tu veux encore me tuer ? Si tu me tues, tu ne ressembleras plus qu'à un zombie errant d'une tâche monotone à une autre, en mode survie.

La Vie est un eternel recommencement.

Tu l’as expérimenté plusieurs fois au cours de ta Vie personnelle et professionnelle. C’est ça la Vie, une évolution constante. Le simple fait d’évoluer naturellement entraîne des bouleversements extérieurs inévitables.

Je t’ai vu dans cette rivière qu’est la Vie t’accrocher à un rocher mainte et mainte fois. Et puis tu ne pouvais plus tenir, tes mains étaient douloureuses, tes muscles s’atrophiaient. Tu as du lâché prise d’épuisement. Là, tu n’as pas eu d’autres choix que de te laisser porter par la rivière et à chaque fois tu t’es rendue compte que le meilleur se trouvait de l’autre coté du rocher même si au départ tu avais peur de couler.

Parfois tu m’as écouté et tu n’as pas eu besoin de rocher auquel t’agripper, tu t’es laissée porter par la rivière avec beaucoup de courage comme se fut le cas il y a un peu plus d’un an. Tu as commencé à jouir de ton nouveau statut de « blogueur professionnel ».

Et puis ton fils est tombé malade. Sa maladie nécessite ta présence quasi constante aujourd’hui. Tu te dis que cela laisse peu de temps à ce que nous avions commencé.

Pourtant, du temps tu en as. Si tu passais un peu moins de temps à flâner sur les réseaux sociaux, à regarder des séries, des films, des vidéos Youtube, à te plaindre de ta condition. Alors tu pourrais avancer sur tes projets.

Ton problème n’est pas le temps qui te manque mais ce que tu fais du temps que tu as.

Alors oui tu as peur de ne pas être à la hauteur, tu as peur d’échouer et de devoir encore une fois tout recommencer et tu prends le temps comme excuse.

Chérie, j’ai un scoop pour toi que tu réussisses ou non, tu recommenceras. Rien n’est figé et lorsque l’on croit que l’on est bien installé, lorsque l’on croit que l’on ne bougera plus, la Vie nous rappelle qu’elle est mouvement.

Quand t’es confortablement installée dans ton canapé avec ta couverture bien douillette et des pop-corns, calée comme il faut, prête à regarder un bon film et que tu te rends compte que la télécommande est à des années lumières de toi.

Il faudra que tu te lèves pour aller la chercher, pour pouvoir continuer et apprécier le moment.

Eh ben c’est ça la Vie ! Quelque chose qui pose des télécommandes à des années lumières pour te faire bouger. Alors oui tu râles, t'aimes pas, t’as peur de détruire ton petit confort, le trou que tu as fait sur ton canapé et qui épouse parfaitement la forme de ton corps. Mais si tu fais le pas, tu pourras alors apprécier un bon film.

Maintenant tu te dis que l’on ne s’improvise pas blogueur comme ça du jour au lendemain. Tu te dis que tu n’es pas formée, que tu ne sais pas écrire, que tu écris comme tu parles, que tu fais plein de fautes, que tu es nulle, que c’est un métier et que tu n’as reçu aucun apprentissage.

Tu t’infliges tout un tas de croyances limitantes.


Mais si tu grattes un peu, tu te rends compte qu’au lycée, section littéraire, tu avais des notes tout à fait correctes, qu’avant d’être une très jeune maman, tu te destinais à faire une école de journalisme, Tu vois, tu te préparais déjà à écrire. Tout ton être s’y préparait déjà. Même si tu as cru pendant toutes ses années que ton apprentissage scolaire ne t’avait servi à rien, tu te rends compte à quel point il est important aujourd’hui.

Tout sert à quelque chose, rien n’est perdu même si tu ne le comprends pas tout de suite.

Alors ok, des années de réseaux sociaux et de langage sms ont ruiné tes bases. Mais c’est comme un muscle, s’il est travaillé, il se développe. Tu pourrais aller faire ce stage avec Bernard Werber qui te fait tant envie, tu pourrais lire plus de livres et moins de statuts Facebook. Tu peux toujours apprendre, te perfectionner.

Et puis, la Vie t’enverra toujours les personnes, les situations, les heureux hasards dont tu as besoin pour te développer.

Alors oui, les débuts seront gauche et plein de fragilité mais tu apprendras en pratiquant. Tu es là pour apprendre, tout le temps et pour toujours, et c’est par l’apprentissage que tu évolues.

Il est bien triste, celui qui ne veut plus apprendre.

Il serait comme ce type dans son canapé bien installé avec sa couverture et ses pop-corns qui n’a pas voulu aller chercher la télécommande.

Cesse de t’apitoyer sur ton sort Caliméro.

Relève la tête et mets-toi au travail.


Je trouve excitant le fait de devoir tout recommencer comme lorsque c’est la rentrée des classes et que tu as de nouvelles fournitures. Ironie de la Vie à quelques jours de la rentrée.

Tu quittes la classe de troisième pour la seconde, tu n’es plus la plus grande de l’école, tu redeviens la plus petite.

Vive la nouveauté !

Allons écrire, des pages et des pages. Reprenons nos scripts de vidéos, nos articles, l'écriture de nos livres, de nos programmes mit en suspend par procrastination.

Attrape la télécommande, allons vivre !

Ton âme

#nouveaudépart #avenir #professionnel #blogueur #blogueuse #blogueurprofessionnel #intuition #rêve #joie #procrastination #recommencer #zonedeconfort #évolution #metaphore #letemps #échouer #réussir #lavie #épreuves #expériences #écriture #livre #roman #articles #hasard #travail #âme #écritureinspirée